Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

L'Isle-Verte La résidence du Havre pourrait être reconstruite

Publié le 6 mars 2014 à 16 h 56
Auteur :
Stéphane Tremblay
Six semaines après la tragédie de l’Isle-Verte, la cause de l’incendie meurtrier n’est toujours pas connue. Et le copropriétaire de la résidence du Havre n’a toujours pas décidé s’il reconstruira ou non.

Après de nombreuses démarches et plusieurs tentatives nous sommes parvenus à parler au téléphone au co-propriétaire de la résidence M. Roch Bernier. 

D’emblée, M. Bernier m’a mentionné qu’il ne pouvait accorder une entrevue officielle tant et aussi longtemps que l’enquête policière ne serait pas complétée.

 Nous avons également appris que le copropriétaire avait eu une rencontre avec ses anciens employés, mercredi soir.

Il aurait alors mentionné que sa décision de reconstruire ou non n’était pas définitive. Il doit poursuivre ses nombreuses rencontres avec différents intervenants, dont les assurances, avant de prendre une décision finale.

Toutefois, il aurait précisé que si jamais il décide de reconstruire la résidence, elle ne sera que sur un étage. Rappelons que la résidence du Havre comptait trois étages.   

Par aillerus, notons qu'une importante conférence de presse était prévue ce jeudi, mais elle a été annulée. Pourquoi?

Selon nos informations, c’est la Sécurité civile qui désirait regrouper tous les autres intervenants, tels la SQ, le Service incendie de l’Isle-Verte, le Bureau du coroner pour faire une mise au point.

Mais la SQ a confirmé qu’elle avait décliné l’offre pour une raison bien simple. L’enquête policière se poursuit et la cause de l’incendie n’est pas connue.

 Sachant qu’il y avait une importante conférence de presse, nous avons immédiatement cru que les causes de l’incendie seraient dévoilées, mais ce n’est pas le cas. La SQ ajoute que le processus n’est pas anormalement long. Il respecte les délais dans de pareilles circonstances.

Finalement soulignons que notre reportage sur uen ancienne employée du Havre à qui on refuse l'asurance-emploi a porté fruit. 

En effet, Nicole Bélanger a reçu un appel d’un restaurateur de la région pour l’inviter à venir compléter les 51 heures manquantes pour qu’elle puisse toucher ses prestations d’assurance-emploi. Elle débute mardi prochain.   


« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok