Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Les journalistes pourront enregistrer Enregistrement des séances des conseils municipaux: Cacouna modifiera son règlement

Publié le 6 août 2014 à 16 h 13
Auteur :
Jasmin Dumas

Le mot transparence en est un à la mode à notre époque chez les politiciens. Pourtant, à Cacouna, un règlement voté en 2012 empêche l’enregistrement des séances des conseils municipaux à moins d’en faire une demande écrite au préalable.

«En quelle année sommes-nous, et sur quelle planète sommes-nous pour qu’un maire ou une mairesse où que ce soit au Québec dise aux journalistes : vous n’avez pas le droit de faire l’enregistrement d’une séance qui est décrite comme publique par la loi?», se questionne le président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), Pierre Craig.

Une amende de 100 $ pour une première infraction et de 200 $ pour les subséquentes sont même prévues. Mais depuis lundi soir, la position du conseil a cheminé indique la mairesse Ghislaine Daris: «On va faire un amendement concernant les journalistes. Ils n’auront pas à nous aviser auparavant pour venir filmer lors d’une séance du conseil.»

cameras-5xyd2.png

Cacouna n’est pas la seule municipalité dotée d’un tel règlement. «Les tribunaux se sont penchés sur divers cas et en sont venus à la conclusion qu’il fallait accommoder, pour la plupart des cas, et voir ce qui permettait le respect de l’ordre et le décorum tout en permettant la liberté de presse», explique Me. Nancy Lajoie.

camera4-504s2.png

Avec cet épisode, la Fédération québécoise des municipalité rappelle à tous ses membres qu’elle les encourage fortement à autoriser l’enregistrement des conseils municipaux.

cameras2-xz9v2.png

La municipalité de Saint-Arsène figure parmi celles qui règlementent l’enregistrement des séances du conseil. «Ça sert pour monsieur-madame tout le monde qui vient et qui n’est pas journaliste, qui peut se promener au travers des gens et qui peut déranger les séances du conseil. C’est surtout pour le décorum», nuance le directeur général François Michaud.

Reste à voir ce que les autres administrations feront avec ce règlement.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok