Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Rue des Cèdres à Saint-Arsène Des proprios disent non pour vendre leurs terrains

Publié le 15 janvier 2015 à 16 h 07
Auteur :
Stéphane Tremblay
On vous parlait hier d’un développement domiciliaire qui verra le jour au printemps à Saint-Arsène. Un autre projet de développement rencontre de l’opposition depuis des années, celui de la rue des Cèdres. La municipalité s’apprête à investir d’importantes sommes d’argent.

C’est ici que serait prolongée la rue des Cèdres, près d’un cours d‘eau. Un projet de 1,5 M$ pour la municipalité. 700 000$ pour les infrastructures et 760 000$ pour la compensation d’un terrain humide.

‘’Il faut s’acharner, il faut passer le dossier pour aller plus loin. Vous avez bien compris ça sinon il n’y a pas de développement ailleurs’’, raconte la mairesse Claire Lemieux-Bérubé.

Au nord de la rue, il y a un terrain humide. Difficile d’obtenir un permis de construction. Même la mairesse l’a reconnu en votant une résolution cette année.

‘’Nous ce qu’on a voté, on a dit on n’allouera pas de permis tant qu’il n’y aura pas d’article 22 approuvé pour chacun de ces terrains-là’’, ajoute la mairesse de cette localité de 1300 habitants.

L’article 22 sur la qualité de l’environnement est obligatoire pour l’obtention d’un nouveau permis de construction. Et la loi est claire.

‘’Ça prend l’accord de toute le monde  pour pouvoir passer la rue et là il y a plusieurs personnes qui ne sont pas intéressés à vendre’’, mentionne Réal Dulac, un résident.

Chantale Chouinard aussi ne veut rien savoir de la rue des Cèdres qui passerait à deux pas de sa maison, surtout qu’elle serait responsable de payer pour l’installation de l’aqueduc et d’égout.

‘’Moi j’ai mon garage sur mon 2e terrain, la cour est aménagée en fonction de ça, je n’ai pas l’intention de vendre’’, lance la résidente.

Il reste donc des terrains à vendre au sud. Encore là, peu de propriétaires se disent intéressés.

‘’Il y en a des propriétaires qui ne les vendront pas. Ils sont sont bien libres de ne pas vendre’’, reconnait la mairesse.

'’Si on arrive avec des terrains de 60-70 et 80 000$, pas personne va vouloir venir s’installer dans cette rue-là, ça pas de bon sens. Il faut être près des services pour payer ça. Tu peux te le permettre peut-être à Rivière-du-Loup, mais dans les paroisses environnantes’’, déplore Mme Chouinard.

Rappelons que la rue des Cèdres est au cœur d’une saga judiciaire qui a couté jusqu’à présent plus de 200 000$ à la localité.


« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok