Publicité

produits kevin baconcanaux HD


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Saint-André Sécurité: un gardienne demande un arrêt d'autobus

Publié le 18 mai 2017 à 12 h 16
Auteur :
Jacob Cassidy
À Saint-André au Nouveau-Brunswick, une propriétaire de garderie demande au District scolaire francophone du Nord-Ouest d’ajouter un arrêt d’autobus pour les enfants qui fréquentent son établissement après les classes. Selon elle, le trajet qu’ils doivent emprunter met en péril leur sécurité.

Chaque jour après l’école, une dizaine d’enfants de maternelle et de première année marchent pour se rendre à la Garderie Mickey et Minnie de Saint-André. Ils doivent traverser cette intersection considérée dangereuse. «C'est un gros croche, ça fait que quand on traverse on ne voit pas les voitures s'en venir, explique la propriétaire de l'établissement Mylène Bourgoin. L’hiver ça rafale beaucoup quand il vente et quand le soleil est là ça aide pas non plus.»

http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/p1_ecole_-q7m42.png

«Des gros risques, n'importe quelle voiture peut arriver. C'est nos enfants qui ne sont pas en sécurité», partage la belle-mère d’enfants fréquentant la garderie, Jamie Saint-Pierre.

L’an dernier, les élèves empruntaient un chemin aménagé sur le terrain d’une entreprise. Pour des raisons de sécurité et d’assurance, ils doivent désormais circuler sur l’artère principale de la municipalité. «Les trottoirs sont de l'autre côté de la rue. Donc il faut traverser le chemin à l'école, et après ça il faut retraverser de nouveau pour se rendre dans la rue de la garderie», mentionne Mme Bourgoin.

Pour régler le problème la propriétaire demande au district scolaire d’ajouter un arrêt d’autobus. «L'autobus qui viendrait ici à 1h 30, il y a à peu près sept élèves dedans. Il y a de la place en masse dans l'autobus et ils ont même de la place pour se virer de bord», assure la propriétaire de la garderie.

http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/p3_ecole-gvy0x.png

Selon les règlements du district, à l’intérieur d’un rayon d’un kilomètre les élèves peuvent avoir droit au transport scolaire s’ils «doivent emprunter une zone considérée à risque». La composition du terrain, les conditions de traversée des artères et la visibilité font partie des critères d’analyse. «J’avais déjà fait une demande au début de l’année scolaire et on m’avait dit que non, car pour eux autres ce n’était pas considéré à risque», rapporte Mylène Bourgoin.

http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/p2_ecole-9xmpv.png

Rejoints par courriel, les responsables du District scolaire francophone du Nord-Ouest ont refusé de commenter le dossier et nous ont référé à leur politique de transport.

« Retour

Publicité

Canaux HD

Question du jour

Est-ce que les municipalités devraient avoir le droit d'accorder une aide financière pour favoriser leur développement résidentiel?



Voir le résultat Envoyer

Publicité

Pouvoir de la publicité E.MPouvoir de la publicité télé P.LPouvoir de la publicité télé JF.BPouvoir de la publicité télé S.LPouvoir de la publicité télé E.LPouvoir de la publicité télé N.D

Infolettre

Ok

Actualité Twitter
CIMT Nouvelles

Voir tous les tweets »