Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Toutes les races sont à risques, selon lui Pitbulls: l'éducation avant la répression, selon un éducateur canin

Publié le 19 juillet 2016 à 19 h 02
Auteur :
Jérôme Lévesque-Boucher
Le débat concernant les pitbulls et les municipalités désirant les interdire sur leur territoire est toujours d’actualité. Les éducateurs canins sont en désaccord avec l’idée. Ils prônent l’éducation des chiens plutôt que des règlements drastiques. Les éducateurs sont perplexes face à l’utilité d’une telle mesure.

"C’est pas du tout la race qui mord le plus. Donc les problèmes, ce sont tous les chiens : pas uniquement les types pitbulls…qui n’est pas une race, je le rappelle", explique Arnaud Wéry, éducateur canin. "Un labrador croisé avec un boxer, ça va ressembler à un type pitbull, alors que ça n’a rien à voir au niveau de ce que les gens ont à l’esprit".

Difficile d'interdire une race qui n'en est pas vraiment une, selon lui. Il ajoute par ailleurs qu'il y a des façons simples de s'assurer que son chien ne soit pas agressif.

"Ça passe inévitablement par l’éducation mais surtout par l’achat d’un animal chez un bon éleveur éthique. Pourquoi? Parce qu’il va accoupler deux sujets qui sont sains d’esprit et sains de corps", précise-t-il.

Par ailleurs, M. Wéry rappelle que des signes ne trompent pas quand vient le temps de déceler l'agressivité d'un chien. "Ben, dans le fond, on va regarder les signaux que nous amène le chien. On va entendre des bruits comme des grognements. On va aussi regarder la queue du chien et puis si elle est trop en-dessous du ventre, ben là, on va voir que le chien est inconfortable. On peut avoir le poil, aussi. Le poil du chien qui peut être hérissé sur le dos. Les oreilles, aussi, qui peuvent être plaquées derrière la tête du chien. Donc ça peut être décelé assez facilement mais il faut connaître tous ces signaux".

Pour l'éducateur, en somme, l'éducation canine doit toujours être privilégiée à la répression.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok