Publicité

canaux HDproduits kevin bacon


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Un couple se dit victime de harcèlement Le travail des policiers du Kamouraska questionné

Publié le 16 mai 2017 à 16 h 49
Auteur :
Jasmin Dumas

Suite au meurtre de Sophie Beaulieu à La Pocatière, des proches ont pointé du doigt le travail des policiers, allant même jusqu’à se demander si ce drame aurait pu être évité. Voilà que d’autres citoyens questionnent la façon de faire de la Sûreté du Québec. 

Marie-Michelle Fortier a quitté le père d’un de ses enfants l’été dernier. Depuis, elle partage sa vie avec son nouvel ami de cœur. Le couple se dit harcelé et menacé par l’ex-conjoint de la femme. «Il y a eu des périodes ou monsieur est venu ici avec sa voiture pour nous intimider. On a fait des appels à la police, malheureusement ça n’a pas été pris au sérieux», déplore Mme. Fortier.

En novembre, le conflit a atteint un point culminant lors d’une dispute au domicile de son ex-conjoint. «Je me suis mis entre les deux, je les ai séparés. Monsieur, la première idée qui lui est arrivée, il a sorti un couteau et me l’a pointé au niveau du ventre», raconte Louis Rossignol. Quand on est parti on a contacté la police, on leur a dit ce qu’il venait de se passer. Ils ne sont jamais venus nous voir.»

 http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/sq2-dcyx0.jpg

Louis Rossignol s’est rendu au poste de Saint-Pascal pour porter plainte. L’individu a finalement été arrêté et fait présentement face à une accusation de harcèlement. Il lui est interdit de contact avec la présumée victime. Une ordonnance qui aurait été défiée à maintes reprises selon lui: «À toutes les fois, j’ai le cœur qui commence à débattre.»

La dernière visite de l’accusé au domicile du couple serait survenue le 11 mai dernier. «J’ai appelé, je leur ai dit; l’individu a fait un bris de condition, il est dans ma cour présentement. On m'a répondu, je vais contacter un agent et on va vous rappeler. Ça a pris quatre heures avant que des patrouilleurs arrivent», dénonce M. Rossignol. «On appelle la police quand il arrive des situations, ils n’interviennent même pas. Alors je me dis, si la personne entre ici, moi j’appelle la personne parce que j’ai besoin d’aide, vont-ils venir?», se questionne Marie-Michelle Fortier.

http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/sq1-ht4pn.jpg

La Sûreté du Québec n’a pas voulu nous accorder d’entrevue mais indique que le 11 mai dernier, le service n’a pas été mis au courant qu’un citoyen a été mis en danger, si tel avait été le cas les agents seraient intervenus rapidement. La SQ rappelle aux citoyens d’être clairs au moment de l’appel et suggère aussi aux personnes mécontentes du travail des agents de déposer une plainte en déontologie policière.

« Retour

Publicité

Canaux HD

Question du jour

Est-ce que les municipalités devraient avoir le droit d'accorder une aide financière pour favoriser leur développement résidentiel?



Voir le résultat Envoyer

Publicité

Pouvoir de la publicité télé N.DPouvoir de la publicité télé S.LPouvoir de la publicité télé P.LPouvoir de la publicité télé JF.BPouvoir de la publicité télé E.LPouvoir de la publicité E.M

Infolettre

Ok

Actualité Twitter
CIMT Nouvelles

Voir tous les tweets »