Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Témiscouata et Basques La tordeuse gagne du terrain

Publié le 10 août 2017 à 16 h 49
Auteur :
Marie-Pierre Beaubien

La migration de la tordeuse des bourgeons de l'épinette se poursuit au Bas-Saint-Laurent. Des millions de papillons ont envahi le secteur de Saint-Mathieu-de-Rioux, dans les Basques. L’insecte commence à faire des ravages au Témiscouata.

 http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/stock_tordeuse2-2jbtp.jpg

http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/stock_tordeuse3-pfjxw.jpg

La tordeuse des bourgeons de l’épinette gagne du terrain. Les ravages sur les épinettes sont saisissants. «L'épinette est à moitié mangé. Il reste à moitié des épines dessus.  Regardez.  Si ça continue, il n'y en aura plus.  À la longue, ils vont tous manger ma forêt», a déclaré un propriétaire de lots boisés, Jocelyn Ouellet. 

«La tordeuse fait un ravage à une vitesse épouvantable. On peut passer une journée, on ne la voit pas. On arrive le lendemain, il y a toute une partie du partie du conifère qui va être grugé surtout dans le cas des épinettes», a fait remarquer la copropriétaire de la serre Botanix, Raymonde Côté. 

http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/stock_tordeuse4-5p3zy.jpg

Les papillons migrent par milliards sur des centaines de kilomètres.  Ils peuvent parcourir plus de 200 km en 24 heures.  Jocelyn Ouellet les a vus. «Dans mes champs, il  y avait des papillons. Il y en avait partout, partout, partout, même dans mon étable. On ne pouvait pas aller nulle part, sans en frapper un.  Il y en avait des millions», a lancé le résident de Saint-Mathieu-de-Rioux, Jocelyn Ouellet.

Après Notre-Dame-du-Portage et Rivière-du-Loup, la tordeuse fait son apparition au Témiscouata.   «Si on parle pour le Témiscouata, on sait qu’il y a des peuplements qui sont affectés relativement sévèrement au nord, vers Saint-Honoré», a expliqué le chercheur en écologie forestière du Centre de Foresterie des Laurentides, Yan Boulanger.

http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/stock_tordeuse1-gsdcj.jpg

http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/stock_tordeuse5-p0g9c.jpg

Dans cette serre, les ventes d’insecticide biologique contre cet insecte envahissant ont explosé. «Ça a quintuplé par rapport à la dernière année», a souligné Raymonde Côté. 

Si le papillon atteint le nord-ouest du Nouveau-Brunswick, les impacts pourraient être dévastateurs. «Si jamais cette épidémie-là se rendait au Nouveau-Brunswick, ça pourrait se traduire par des pertes emplois, plusieurs centaine de pertes d’emplois, et par des pertes de l’ordre de plusieurs milliards de dollars», a affirmé Yan Boulanger.

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs publiera à l’automne son rapport 2017 sur les aires d’infestation de la tordeuse au Québec.

 

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok

Actualité Twitter
CIMT Nouvelles

Voir tous les tweets »