Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Edmundston Agriculture urbaine: un projet qui préoccupe

Publié le 15 février 2017 à 11 h 30
Auteur :
Jacob Cassidy
Un entrepreneur d’Edmundston souhaite développer un projet d’agriculture urbaine près du quartier Riviera Park. Avant qu’il puisse aller de l’avant, la ville doit autoriser une modification du zonage d’un terrain d’une dizaine d’acres. Une proposition qui ne fait pas l’affaire de tous.

Un terrain inutilisé du quartier Riviera Park pourrait prochainement avoir une nouvelle vocation. Un entrepreneur d’Edmundston souhaite aménager une plantation. «J'ai une partie de 10 acres que je veux changer le zonage à : "agricole sans élevage" et c'est pour planter du houblon et où de la camerise», partage le promoteur du projet, Marc Daigle

http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/p2_culture-qw1hm.png

Le changement de zonage devra obtenir l’approbation de la ville avant d’être effectif. «Dans cette question-ci c'est vraiment une agriculture sans élevage, donc il n'y a aucune présence d'animaux dans cette zone-là, essentiellement, c'est vraiment de la culture du sol», explique le coordonnateur au développement du territoire à la Ville d'Edmundston, Pascal Hudon.

Toutefois, certains citoyens s’y opposent.  «C'est un secteur résidentiel, l'agriculture on n'en veut pas et même si ce serait sans élevage, ça non plus on n'en veut pas», assure Clairence Plourde.

Une soixantaine de personnes ont signé une pétition pour s’objecter au projet.  Elles redoutent principalement les odeurs et les pesticides. «Le document de la ville dit que l'épandage de pesticide d'herbicide de fermier est permis qu'au début et à la fin de la période de culture. Ça va dire qu'il va pouvoir mettre l'engrais qu'il veut là-dessus», s'inquiète-t-il.

La ville a l’intention d’adapter l’arrêté de zonage pour répondre aux craintes de la population. L’utilisation de fumier pourrait être interdit, tout comme la culture de certains produits. «De voir un peu quel type de culture est proposé et est-ce que c'est intensif par rapport aux pesticides, est-ce que c'est intensif par rapport à l'engrais qu'on peut insérer dans le sol», mentionne M. Hudon. L’épandage est quant à lui régulé par les gouvernements.

http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/p1_culture-mrw8t.png

En raison de la taille de la culture, la majorité des opérations d’entretien et d’arrosage sera effectuée de façon manuelle. «Je n'ai pas besoin de faire labourer la terre à tous les printemps. Nous autres c'est un plan qui est établi qui peut être là de 25 à 30 ans, la machinerie c'est de couper le gazon entre les rangées de camerises et de houblon», affirme Marc Daigle.

Une présentation publique sera faite lors du prochain conseil municipal le 21 février. Ce sera l'occasion pour les citoyens de faire part de leurs préoccupations.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok

Actualité Twitter
CIMT Nouvelles

Voir tous les tweets »