Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Secteur des Prairies Une carcasse de baleine échouée à Petite-Rivière-Saint-François

Publié le 8 août 2017 à 16 h 40
Auteur :
Mariane Lajoie

Des résidents de Petite-Rivière-Saint-François ont fait toute une découverte dimanche.  Une carcasse de baleine s’est échouée le long de la grève. Des images impressionnantes à voir.


http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/capture_d__cran_2017-08-08___4.12.34_pm-w07k4.png

Cet homme a eu toute une surprise en prenant sa marche, dimanche. Il a découvert cette carcasse de petit rorqual, longue de sept mètres. «On a décidé de contacter les autorités et ensuite on a reçu un appel du GREMM, disant qu’ils déployaient une biologiste. On s’est mis à deux pour prendre les mesures, prendre les photos. On a mis une balise. Ils ont découvert que c’était vraiment un rorqual, une femelle», témoigne Jean-François Dion.

http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/capture_d__cran_2017-08-08___4.11.14_pm-0wqs3.png

«Le cétacé avait été vu, à l’Isle-aux-Coudres, quatre jours avant. Ce sont des choses irrégulières et je vous dirais que ce ne sont pas des choses plaisantes à voir», assure un résident du secteur, Sylvain Lajoie.

http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/capture_d__cran_2017-08-08___4.12.07_pm-s2h8y.png

L'animal est dans un état de décomposition plutôt avancé. Il est donc difficile de déterminer les causes de son décès et aucune nécropsie ne sera réalisée. «Sa condition a été jugée tellement dégradée qu’aucun échantillonnage biologique ne sera effectué. Lorsque les animaux s’échouent, ils peuvent acquérir toutes sortes de marques, de cicatrices. C’est difficile de déterminer si ces cicatrices-là ont été obtenues avant ou après la mort de l’animal», mentionne le président du GREMM,  Robert Michaud.

http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/capture_d__cran_2017-08-08___4.12.15_pm-q4gd5.png

«Le poisson qui avait le nez déjà fracturé. Ça, elle [la biologiste], n’était pas en mesure de dire justement si c’était dû à un accident ou encore sur les rochers», explique Sylvain Lajoie. «D’après elle, en voyant ça, ce n’était pas une mort naturelle», ajoute Jean-François Dion.

http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/capture_d__cran_2017-08-08___4.10.41_pm-2tyb4.png

Si le mammifère marin ne devient pas une nuisance pour les résidents, il sera simplement laissé dans la nature. Sinon, la municipalité et le ministère de l’Environnement pourraient collaborer pour l’éloigner ou l’enterrer.

Comme ce type de mammifère ne se tient pas dans le secteur de Petite-Rivière-Saint-François, l'animal qui était déjà décédé a dérivé avec le courant.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok

Actualité Twitter
CIMT Nouvelles

Voir tous les tweets »