Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Nouveau-Brunswick Saint-André : une cimenterie dérange

Publié le 16 octobre 2017 à 15 h 48
Auteur :
Jacob Cassidy
Une cimenterie est en construction en bordure de la route 255 dans la Communauté rurale de Saint-André au Nouveau-Brunswick. Le conseil municipal de l’endroit a accepté le projet le mois dernier, mais cette décision déplait à des citoyens.

Un groupe d’investisseurs injectera plusieurs centaines de milliers de dollars pour établir une cimenterie sur un terrain près de la sortie 75 de l'autoroute 2.  

Les travaux viennent à peine de commencer que le projet dérange déjà. «Le bruit est terrible», commente Vanessa Godin. Cette résidente du secteur craint l’augmentation du transport lourd, la contamination de son puits artésien et la saleté qui se dégagera du site.

http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/cimenterie_saint-andr__ed_oct2017__1_-v9y1m.png

«Pour la poussière pour le moment, on s’attend à mettre du calcium pour arrêter la poussière un peu plus tard peut être qu’il y aura de l’asphalte», assure le porte-parole du groupe d’investisseurs, Jean-Louis Thériault. Cette mesure est prescrite dans l’entente conclue entre les promoteurs, la municipalité et la Commission des services régionaux pour l’obtention du permis de construction.

Celle-ci limite également les heures d’opération de la cimenterie.«On suit toutes les demandes du bureau d’environnement, le plan, c’est un plan neuf avec un back house, pour la poudre de ciment. Tout est dans les règles de l'art», assure M. Thériault.

http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/cimenterie_saint-andr__ed_oct2017__2_-065pv.png

Malgré tout, Vanessa Godin et son mari croient que le conseil municipal aurait dû être plus exigeant avant d’autoriser le projet. «Installez vous dans une zone où vous pourrez opérer avec le moins d'impact pour la population», affirme la citoyenne qui croit que la cimenterie aurait dû être située plus loin des secteurs résidentiels.

Les investisseurs se défendent de vouloir faire un projet propre, qui créera de l’emploi. Ils déplorent la lourdeur du processus administratif qui a mené à l’obtention du permis. «Nous autres on veut aller de l’avant avec un projet et tout est arrêté, il n’y a rien qui avance pas de permis de construction, déplore le porte-parole du groupe. Si l’équipement n'avait pas été acheté, on aurait abandonné le projet.

Il a été impossible d’obtenir une entrevue avec la Commission des services régionaux du Nord-Ouest ou avec la Communauté rurale de Saint-André.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok

Actualité Twitter
CIMT Nouvelles

Voir tous les tweets »