Publicité

produits kevin baconcanaux HD


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Au KRTB Levée de boucliers contre la réduction de la limite d'alcool au volant

Publié le 9 août 2017 à 16 h 00
Auteur :
Jasmin Dumas

La proposition du gouvernement fédéral de faire passer la limite légale d’alcool au volant de 80 à 50 milligrammes par 100 millilitres de sang provoque une levée de boucliers massive au Québec. Vous allez voir dans le prochain reportage que le KRTB n’y fait pas exception. 

C’est unanime. Tous ceux que nous avons rencontrés mercredi matin partagent la même opinion sur l’idée de réduire la limite d’alcool au volant. «Je n’en vois pas l’utilité. La différence ce n’est pas vraiment énorme», opine une citoyenne. Un autre partage son avis: «Quand ils arrêtent quelqu’un ce n’est pas quand il est à 0,09, c’est parce qu’il est rendu beaucoup plus haut. Alors non, c’est une perte de temps.»

 http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/alcool1-z9mgk.jpg

Pour les restaurateurs et tenanciers de bar, une telle mesure aurait de sérieuses conséquences. «Ce n’est vraiment pas une bonne idée. C’est déjà très dur présentement travailler avec 0,08, les gens sortent moins. Alors si ça descend encore, ils vont encore plus rester à la maison ou faire autre chose», indique le propriétaire du Pub O'Farfadet, Yves Gagnon.  «Les accidents graves qui sont dans le cas où les gens avaient les facultés affaiblies, ça dépasse largement le 0,08. Alors de baisser à 0,05 est-ce que c’est vraiment nécessaire ? Je ne pense pas», ajoute le propriétaire de la Cage aux Sports de Rivière-du-Loup, Paul Thibault.

En 2013, la SAAQ rapporte que 40% des conducteurs décédés avaient un taux d’alcoolémie supérieur à 80 milligrammes alors que seulement 2% avaient un taux entre 51 et 80 milligrammes.

http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/alcool3-rq5cd.jpg

Donnée intriguante concernant l’alcool au volant, selon un récent sondage les Bas-Laurentiens sont plus nombreux qu’ailleurs au Québec à avoir vu ou traversé un barrage routier. Et pourtant, ça ne semble pas influencer leur décision avant de prendre le volant. «J’appelle ça vraiment le paradoxe Bas-Laurentien, lance le directeur général d'Éduc'alcool, Hubert Sacy. Ils sont à peine un peu moins nombreux que la moyenne québécoise à conduire avec les facultés affaiblies (6% comparativement à 7%). Normalement avec la différence qu’il y a avec la perception de pouvoir se faire épingler, la différence devrait être plus grande.»


Les opposants à la réduction de la limite d’alcool peuvent se rassurer. Ottawa n’a pas l’intention de faire un changement à court terme.

« Retour

Publicité

Canaux HD

Publicité

Clinique Dentaire Genevière LafranceFaut voir Pelletier

Question du jour

Est-ce que la présence du myriophylle à épi dans les cours d'eau de la région vous inquiète?



Voir le résultat Envoyer

Publicité

Pouvoir de la publicité télé P.LPouvoir de la publicité E.MPouvoir de la publicité télé E.LPouvoir de la publicité télé S.LPouvoir de la publicité télé JF.BPouvoir de la publicité télé N.D

Infolettre

Ok

Actualité Twitter
CIMT Nouvelles

Voir tous les tweets »