Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

L'animal s'est échoué près de Trois-Pistoles l'été dernier Le squelette d'une baleine rare exposé à Tadoussac

Publié le 18 juin 2014 à 16 h 07
Auteur :
Patrick Harvey
Si vous passez par le Centre d’interprétation des mammifères marins (CIMM) de Tadoussac, vous avez maintenant l’occasion d’observer un rarissime squelette. Il s’agit de celui d’une baleine à bec de Sowerby. L’animal s’était échoué en face de Trois-Pistoles l'été dernier.

En juillet 2013, une baleine à bec de Sowerby s’échouait à l’île aux Pommes. C’est une espèce de mammifère marin que l’on voit rarement dans l’estuaire du St-Laurent, pour ne pas dire jamais.

baleine__chou_e-czh9d.png

La carcasse a été récupérée par le CIMM. Une nécropsie a été effectuée. « L’animal avait dans son estomac des poissons. Donc, il était possiblement en bonne santé. La meilleure hypothèse pour expliquer son échouage, c’est peut-être que la baleine a eu une erreur de navigation », a expliqué Patrice Corbeil, directeur du CIMM.

Un long processus a été mis en branle en vue de reconstituer le squelette de l’animal. Plus de sept mois de travail ont été nécessaires pour en arriver à ce résultat.

sowerby-3t07c.png

D’abord, il y a eu l’étape du dépeçage. « Au préalable, il faut enlever le maximum de chaire. C’est assez long. C’est vraiment un travail de moine », a soutenu M. Corbeil.

Vient ensuite la tâche de retirer la graisse à l’intérieur des os. « On a travaillé avec un dégraissant. On va laisser les os, les vertèbres, les côtes, le crâne dans des bassins pendant plusieurs jours et les bactéries vont travailler pour nous. Elles vont entrer dans les os et digérer la graisse », a-t-il dit.

degraissage-d2g3v.png

blanchiment-z06mc.png

Finalement, il ne reste qu’à assembler le tout, ce qui demande de la minutie. Le CIMM a développé une véritable expertise en la matière.

assemblage-b40gk.png

« Créer un casse-tête de 4,69 mètres. Puis là, avec des techniques, il faut s’adapter à chaque espèce de baleine. C’est l’expérience de l’équipe qui réussit à recréer un beau squelette. »

Une deuxième vie pour cette baleine que l’on dit championne de la plongée profonde. « Celle-ci vit dans l’Atlantique, mais où exactement? C’est quoi son comportement? Tout ça est mystérieux. Ça demeure l’une des énigmes du monde des baleines », a mentionné M. Corbeil.

La baleine à bec s’ajoute à la douzaine d’autres squelettes que l’on peut voir au CIMM.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok