Publicité

Hypothéca Denis Côtéproduits kevin baconcanaux HD


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Il ne reste plus qu’un producteur dans Charlevoix à posséder cette certification Le second souffle de l'Agneau de Charlevoix

Publié le 13 février 2017 à 18 h 42
Auteur :
Mariane Lajoie

La production d’agneaux a diminué dans la région de Charlevoix. Si bien que l’appellation contrôlée était menacée. Ce titre assure que la viande provient de la  région et qu’elle respecte une multitude de critères établis par le gouvernement. Il ne reste plus qu’un producteur dans Charlevoix à posséder cette certification.


http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/capture_d__cran_2017-02-13___12.18.07_pm-z157f.png

L’appellation « Agneau de Charlevoix », Annie Bérubé et Donald Tremblay y tiennent. C’est pourquoi il ont décidé de construire leur propre centre de transformation. Le couple fait de l’élevage d’agneaux depuis une quinzaine d’années. Depuis l’automne,  ils en font la transformation selon les critères stricts du MAPAQ. «On a vraiment tout fait de nos mains. Fin novembre on a vendu nos premiers morceaux. J’ai déjà des clients qui reviennent et qui disent c’est vraiment le goût qu’on recherchait», se réjouit Annie Bérubé, qui est bouchère.

http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/capture_d__cran_2017-02-13___12.18.02_pm-924zv.png

C’est que le centre avec qui il faisait affaire a décidé de ne pas renouveler sa certification. «C’est l’organisme qui certifie qu’on produit vraiment de l’agneau de Charlevoix. C’est lui qui vient inspecter notre élevage, les registres, voir si on suit vraiment notre cahier de charge pour produire de l’Agneau de Charlevoix», explique Donald Tremblay.

http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/capture_d__cran_2017-02-13___12.20.54_pm-vkp46.png

Pour avoir le droit de mettre le collant Agneau de Charlevoix, plusieurs critères doivent être respectés. Par exemple, l’agneau doit avoir été allaité au moins 50 jours et avoir un poids oscillant entre 15 et 20 kilogrammes au moment de la coupe.

«C’est pour assurer un produit uniforme. C’est beaucoup moins gros, beaucoup moins gras, beaucoup moins vieux. Ça goûte beaucoup moins fort que l’agneau du Québec ou tout autre agneau. Ça donne vraiment une sécurité aux clients, pour dire ça c’est vraiment de l’agneau de Charlevoix», distingue Annie Bérubé. 

http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/capture_d__cran_2017-02-13___12.17.50_pm-1d38g.png

Pour l’instant les producteurs vendent leur viande directement aux consommateurs et restaurateurs. Ils espèrent obtenir à l’automne un permis de vente en gros de produits carnés. «Pour avoir le droit de vendre aux épiceries, dans d’autres kiosques. Ça ouvre la porte au marché», mentionne Donald Tremblay.

Ils sont certains qu’avec ce permis, d’autres producteurs d’agneaux de la région reprendront cet élevage typiquement charlevoisien.

« Retour

Publicité

Canaux HD

Publicité

TirageClinique Dentaire Genevière Lafrance

Question du jour

Vous sentez-vous en sécurité sur votre lieu de travail?



Voir le résultat Envoyer

Publicité

Pouvoir de la publicité télé S.LPouvoir de la publicité E.MPouvoir de la publicité télé N.DPouvoir de la publicité télé JF.BPouvoir de la publicité télé E.LPouvoir de la publicité télé P.L

Infolettre

Ok

Actualité Twitter
CIMT Nouvelles

Voir tous les tweets »