Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

L'Isle-Verte EXCLUSIF: Des chats qui dérangent le voisinage

Publié le 3 juillet 2013 à 16 h 05
Auteur :
Stéphane Tremblay

Une dame de L’Isle-Verte qui héberge une cinquantaine de chats doit se départir de ses bêtes, mais elle ne trouve pas preneur. Jeannette Desjardins est la sœur d’André Desjardins qui a accueilli chez lui plus de 200 chiens à St-Paul-de-La-Croix.

 

Des chats, petits, gros, gris, blanc, y en a partout chez Janette Desjardins.


‘’Je ne peux pas vous dire combien j’en ai. Ils sont tous dehors, je ne suis plus capable de les compter’’raconte Jeannette Desjardins, propriétaire des chats.


C’est une chatte avec ses chatons qui a partis le bal, il y a deux ans.


‘’Elle était sous le perron, l’eau coulait et j’ai dis prends tes petits minous va les mettre à l’abri dans la cave, mais je ne pensais jamais qu’elle allait le faire. Elle a brisé le châssis pis a rentré ses petits minous dans ma cave. J’en ai pris soins, je ne les ai pas laissé mourir’’


Depuis, les chats ne cessent de se reproduire.


‘’Beaucoup trop. Quand les petites minounes, la première fois, ont des bébés au lieu d’en avoir 3-4, elles en ont 6 d’un coup sec, là ça peuple’’


La dame de 61 ans, qui vit avec sa pension de vieillesse, consacre plus de 100$ par mois uniquement pour nourrir ses bébés à quatre pattes comme elle les surnomme affectueusement.


‘’Je pense à eux autres avant. Après ça je pense à moi. Je m’habille, je m’achète des affaires, j’achète des affaires à mes chats’’


Même si les chats ne semblent pas être maltraités, ils dérangent le voisinage.


‘’Des animaux errants qui brisent les jardins des voisins qui vont déféquer un peu partout. C’est sur que c’est vraiment déplaisant pour l’entourage’’, mentionne Guy Bérubé, directeur général de l’Isle-Verte.


‘’Ça ne m’empêche pas de prendre soins de mes petits bébés, ils sont dans la cave, dehors, ils s’amusent’’, répond Mme Desjardins.


‘’N’avoir avec exagération, c’est inacceptable’’, rétorque M. Bérubé.


‘’La mère des minous, tu peux le dire, la mère des minous mais j’en ai trop parce que j’aimerais quelqu’un en prenne un peu’’, constate la résidente du 37 rue Nortre-Dame.


La municipalité a demandé de l’aide. Elle tente par tous les moyens de régler la situation, mais tous se relancent la balle.


‘’On tente d’avoir l’aide de la SQ, de Anima Québec, on nous a transféré au ministère de l’Agriculture des Pêcheries et de l’Alimentation’’, déplore M. Bérubé.


Mentionnons que le MAPAQ a été saisi du dossier et que l’inspection des lieux est prévue prochainement.




« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok