Publicité

produits kevin baconcanaux HD


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Un centre de recherche s'attaque au gaspillage alimentaire Conserver sa viande trois fois plus longtemps

Publié le 13 septembre 2017 à 17 h 19
Auteur :
Marie-Pierre Beaubien

Au Québec, un tiers des viandes achetées en épicerie se retrouvent à la poubelle. Le Centre de développement bioalimentaire du Québec à La Pocatière propose un procédé pour conserver les viandes trois fois plus longtemps, un objectif ambitieux pour réduire le gaspillage alimentaire. 

http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/stock_cbdq1-8k1st.jpg

Des tonnes de viandes périmées sont jetées aux ordures chaque jour. Le Canada fait bien mauvaise figure.  Pas moins de 27 milliards de dollars en nourriture sont gaspillés annuellement. «J’en ai déjà jeté. Ce n’est pas une bonne idée, parce qu’il a des gens qu’ils en ont vraiment besoin», a avoué un consommateur.

Imaginez conserver votre bœuf dans le frigo trois mois, plutôt qu’un seul. C’est maintenant possible grâce à un procédé à haute pression hydrostatique, appelé HPP. La viande est d’abord emballée sous vide. «On le place dans une enceinte remplie d’eau. On a des énormes pompes qui viennent augmenter la pression autour de l’aliment. C’est comme si on prenait l’aliment et on venait le recouvrir de pièces de 10 cents. Sur chacune de ces pièces de 10 cents, on venait mettre 15 éléphants de 5 tonnes un par dessus l’autre», a expliqué le Directeur R&D de la CDBQ, Charles Lavigne.

Le défi sera de convaincre les transformateurs de s’approprier la technologie, mais aussi de changer les habitudes de consommation. «Dans le domaine des viandes, quand le consommateur va voir une date de péremption beaucoup plus longue de ce qu’il a l’habitude de voir, il va falloir qu’il soit convaincu du produit», a fait remarquer le directeur général de la CDBQ, Michel Garon.  

Une chose est sûre, c’est que ça va bénéficier aux banques alimentaires. «Ça va aussi aider les gens dans le besoin parce que c’est une logistique énorme pour les banques alimentaire», a rappelé le PDG de RECYC-QUÉBEC, Dany Michaud.

D'ailleurs, la société croit tellement au projet, qu'elle a octroyé une aide financière de 400 000$ à la CDBQ pour la réalisation de son projet novateur.

Il existe déjà des produits sur les tablettes d’épicerie, mais il sera possible de les identifier grâce au logo certifié HPP.

« Retour

Publicité

Canaux HD

Question du jour

Est-ce que les municipalités devraient avoir le droit d'accorder une aide financière pour favoriser leur développement résidentiel?



Voir le résultat Envoyer

Publicité

Pouvoir de la publicité télé P.LPouvoir de la publicité E.MPouvoir de la publicité télé JF.BPouvoir de la publicité télé E.LPouvoir de la publicité télé S.LPouvoir de la publicité télé N.D

Infolettre

Ok

Actualité Twitter
CIMT Nouvelles

Voir tous les tweets »