Publicité

canaux HDproduits kevin bacon


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

États financiers de la SÉMER Biométhanisation: déficit accumulé de 1M$ en 2015

Publié le 13 septembre 2017 à 17 h 15
Auteur :
Jasmin Dumas

CIMT a mis la main sur les premiers états financiers de la Société d’économie  mixte d’énergie renouvelable de la région de Rivière-du-Loup (SÉMER). On parle ici de la société qui gère l’usine de biométhanisation. La SÉMER avait un déficit accumulé de plus d’un million de dollars en date du 31 décembre 2015.

Nous avons demandé mercredi à la SÉMER de nous fournir les chiffres de l’année 2016, ce qui a été impossible d'obtenir immédiatement. Cependant l'organisation s'engage a nous les fournir sous peu. Alors pour le moment, on vous présente en exclusivité les chiffres de la première année d’opération de l’usine de biométhanisation.

http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/semer3-bv6sr.jpg

On savait déjà que l’usine de biométhanisation sera déficitaire au moins jusqu’en 2018. Pour la première fois, des chiffres officiels sont divulgués. Au 31 décembre 2015, le déficit s’élevait à 1 028 111$ «Le plan d’affaires au départ prévoyait des déficits. On est dans les déficits, ils sont légèrement supérieurs à ce qui avait été anticipé. Donc, est-ce qu’on est en perte de contrôle ? Non», insiste le président de la SÉMER, Michel Lagacé.

Ce déficit est épongé par les actionnaires,  les contribuables de la MRC et de la Ville de Rivière-du-Loup à 80%. «Il y aura des revenus pour la Ville et la MRC, j’y crois encore, maintient le maire Gaétan Gamache. Le plan d’affaires tient la route. Il y a quelques années difficiles.»

Le président de la SÉMER attribue ce résultat principalement au sous-financement gouvernemental: «On est en train d’identifier de quelle façon on peut ré-interpeller à nouveau le gouvernement du Québec parce que quand on regarde les autres projets ailleurs au Québec, ils ont été financés de meilleure façon que le nôtre.»

 http://cimt.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/semer2-fr8jd.jpg

L’autre problème, c’est le manque de matières organiques acheminées à l’usine. «On prévoit d’autres actions surtout avec le milieu scolaire pour inciter les nouvelles générations à embarquer dans le bac brun et la biométhanisation», indique la directrice générale par intérim de Co-Éco, Sophie Vachon.

Dans le document, on lit aussi que la dernière tranche de 20% de la subvention initiale de 15 millions et demi pourra être encaissée seulement lorsque l’usine traitera 85% de la matière organique prévue au départ et que 70% des unités d’habitations du territoire soient desservies par la collecte. «On va procéder effectivement dans les prochains mois à faire l’acquisition des bacs pour les trois, quatre logements, les condos», annonce M. Gamache.

« Retour

Publicité

Canaux HD

Question du jour

Est-ce que les municipalités devraient avoir le droit d'accorder une aide financière pour favoriser leur développement résidentiel?



Voir le résultat Envoyer

Publicité

Pouvoir de la publicité télé N.DPouvoir de la publicité télé S.LPouvoir de la publicité télé E.LPouvoir de la publicité télé JF.BPouvoir de la publicité E.MPouvoir de la publicité télé P.L

Infolettre

Ok

Actualité Twitter
CIMT Nouvelles

Voir tous les tweets »