Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Institution religieuse Baie-St-Paul: le complexe des Petites Franciscaines de Marie à vendre

Publié le 12 mars 2013 à 16 h 23
Auteur :
Patrick Harvey
À Baie-St-Paul, le complexe des Petites Franciscaines de Marie est à vendre. On sait que les sœurs réfléchissent sur le sort de leur propriété depuis 2008 en raison du nombre de religieuses qui diminue. Cependant, elles ne souhaitent pas une vente à n’importe quel prix et à n’importe quelle condition.

C’est devenu inévitable, une page de l’histoire se tournera dans Charlevoix sous peu. Les bâtiments des Petites Franciscaines de Marie sont devenus trop vastes avec les années.

L’acheteur devra respecter le patrimoine, notamment l’architecture extérieure, la chapelle et l’espace muséal devront être conservés. « C’est de préserver le patrimoine matériel et immatériel de notre communauté ici à Baie-St-Paul », a dit Sœur Françoise Duchesne, supérieure générale.

Autre condition: les sœurs deviendront locataires d’une partie de l’ensemble conventuel. Actuellement, elles sont environ 80 dans la maison-mère et dans l’immeuble de l’infirmerie. Il en coûte de 6 à 7 millions dollars par année pour assurer l’entretien et payer la centaine d’employés.

Un seul acheteur est préconisé. « On ne voudrait pas que ça s’étire. Ça fait déjà quelques années que c’est vide. J’ai espérance que d’ici deux ans, sûrement quelqu’un se sera manifesté », a mentionné Sœur Françoise.

De plus, la communauté souhaite qu’un éco-quartier soit érigé derrière la maison-mère. « Je vous dirais que c’est un plus pour la Ville, et on pense au bien des personnes. C’est sûr qu’en vendant, on pense aussi à nous », a-t-elle indiqué.

Et si la démarche s’avère un échec? « À ce moment-là, on va continuer de penser », a répondu la religieuse.

Les petites Franciscaines de Marie pourraient devoir alors se rendre à l’évidence, c'est-à-dire quitter la région pour se loger ailleurs.


Daniel Gauthier intéressé?

Mais qui pourrait acheter la propriété, dont l’évaluation municipale est de plus de 13 millions de dollars? Le maire, préoccupé par la question, espère que les offres seront nombreuses, pour que les sœurs puissent choisir la meilleure pour l’avenir.  « Deux ou trois ans, c’est demain et c'est rapide. On sent qu’il y a une certaine urgence derrière tout cela », a soutenu Jean Fortin.

Une présence remarquée lors de la séance d’information de mardi soir, celle de l’homme d’affaires Daniel Gauthier du Massif.  Ce dernier s'est fait discret. « Je peux vous dire qu’il y a eu six personnes qui sont déjà venues visiter, dont M. Gauthier, mais on n’a jamais eu de proposition d’achat », a dit Sœur Françoise Duchesne.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok